Hommage de la ville d’Orange aux résistants

Honoré d’Estienne d’Orves

Honoré d’Estienne d’Orves, vrai résistant

2013 est l’année de commémoration nationale de la Résistance et du C.N.R. (Conseil National de la Résistance), qui célèbre son 70ème anniversaire.

A cette occasion, Mme HALOUI, Conseillère Municipale, a sollicité la Ville lors du Conseil Municipal du 27 Mai 2013, en question orale, afin qu’une voie soit dénommée Rue du Conseil National de la Résistance.

La Ville est favorable à cette requête, mais souhaite rendre cet hommage à la résistance française, non en honorant un sigle, mais en choisissant deux personnalités emblématiques de ce que fût, dès le début cette résistance. Le choix s’est porté sur messieurs Honoré d’Estienne d’Orves et Pierre Brossolette. Continuer la lecture

Réponse de Mme Galmard à Mme Hautant sur le social orangeois

socialMadame,

J’ai bien pris connaissance de la synthèse des échanges de la réunion de lancement de l’atelier régional des villes de Nord Vaucluse.

Je ne conteste pas qu’il y ait bien eu « réunion », en revanche, je ne sais pas si le lancement est vraiment réussi.

 

Anne-Marie Hautant, élue d'opposition à Orange, Vice-Présidente de la région PACA

Anne-Marie Hautant, élue d’opposition à Orange, Vice -Présidente de la région PACA

Marie-Thérèse Galmard, adjointe au social à la ville d'Orange

Marie-Thérèse Galmard, adjointe au social à la ville d’Orange

En effet, c’est sans nulle surprise que j’ai pu lire l’éternelle, la sempiternelle, l’inutile et la

fatigante litanie que vous psalmodiez depuis si longtemps sur le volet social orangeois. A ce stade, il sembe que vous croyez en des vertus de rabâchage comme si celui-ci, à défaut de témoigner de la réalité des faits, allait finir par vous convaincre vous-même de ce que vous aimeriez que la réalité soit en définitive.

Vous évoquez une présumée inexistence d’une instance d’échange et de coordination qui priverait les acteurs concerné d’un moment de partage et d’information.

Je sais que les réunions sont importantes dans le secteur social mais dois-je comprendre que vous souhaitez ajouter une nouvelle réunion dont l’objet serait de se réunir au sujet des réunions mensuelles pour lesquelles nous nous sommes déjà réunis ?

Cela ne risquerait-il pas d’être un peu trop ? Continuer la lecture

Déclaration de soutien des adjoints au maire de Bollène

bolleneNous, adjoints au maire de Bollène, et en tant que tels, officiers d’état-civil, avons souhaité faire cette déclaration, pour plusieurs raisons.

1/ En portant plainte contre Marie-Claude Bompard, mesdames Gilles et Leroux ont déclenché un mécanisme visant à la priver de son droit à la liberté d’expression, donc à sa liberté d’opinion. En conséquence, le maire de Bollène ne s’exprimera plus sur ce sujet que dans le cadre de la procédure judiciaire, si toutefois le parquet estime justifié et opportun de la poursuivre.

2/ Nous sommes réunis pour assurer Marie-Claude Bompard de notre entier et indéfectible soutien dans cette affaire.

Il y a presque trois semaines, le 23 août, madame le maire de Bollène a souhaité recevoir Continuer la lecture

Droit de réponse à l’UMP orangeoise

timthumbM. Maton-Weissmann semble fort mal connaître les dossiers d’une ville qu’il fait mine d’imaginer diriger après mars 2014. Si on laisse de côté les considérations de café du commerce habituelles de la part de quelqu’un n’ayant jamais exercé de responsabilités, le propos de la tête de liste UMP se résume en quatre points.

1 – Le ” secteur associatif mérite d’être redynamisé”. Jugement péremptoire qui fait fi de la réalité. Preuve en est que ce sont plus de cent dix associations qui seront présentes à la Journée du 7 septembre, nombre considérable pour une ville de la taille d’Orange.  Continuer la lecture

Sur la prise d’otages de l’hôpital nord de Marseille

HNA chaque jour, son scandale et sa révélation. Celui de ce jeudi 5 septembre, c’est la prise en otages d’infirmières à l’hôpital nord de Marseille qui s’est déroulée le 12 août et dont on ne parle au public qu’aujourd’hui.

Ce soir là, un voyou a séquestré et menacé de mort des infirmières. Interpellé, il est parti libre le matin même. Il n’a pas fait une seconde de garde à vue. L’hôpital n’a pas porté plainte. Le procureur de la république ne s’est pas ému. Gageons que si le délinquant avait refusé de marier des homosexuels, il aurait été l’objet d’une plainte immédiate. Continuer la lecture