La reconquête de notre identité en question : organisation d’un forum de l’Union des droites à Orange

Mis en avant

A l’heure où la présidentielle se profile dans un climat d’Etat d’Urgence incontrôlé, où les primaires occupent les gros titres de médias aux conclusions peu diversifiées, retrouver raison et s’interroger sur le sens organique de la politique s’impose. Faire fi du raffut, des petits scandales de ces amoureux de partis politiques aux clivages désuets, évaluer la véritable orientation à donner aux idées politiques de droite : telles semblent être les priorités à retrouver. Humiliée, déracinée, notre bien chère France est devenue la victime d’une idéologie de gauche soumise à la sensiblerie de l’oligarchie parisienne.

C’est pourquoi la Ligue du Sud organise le 24 septembre, à Orange (Vaucluse), un Forum de l’Union des droites visant à dessiner les perspectives de la « Reconquête de notre identité ». Une journée qui s’ouvrira sur un état des lieux de l’enseignement de notre Histoire, tributaire, à l’aube de l’application de la réforme scolaire, de bien des mensonges doctrinaux, à la culpabilisation simplificatrice. Fidèle à ses promesses, la Ligue du Sud s’emploie à la mise en œuvre de véritables solutions, non fondées sur la seule réaction à l’encontre des issues politiques. Les différentes tables-rondes qui s’ensuivront, servies par des conférenciers ancrés dans le réel, viseront à définir les moyens de la reconquête.

Pour s’inscrire : contact@liguedusud.fr ; Yann : 06.09.31.27.60

Inscription à la journée : 15 €.

Inscription au dîner-débat : 20€.

Retrouver toutes les informations inhérentes à cette journée sur les réseaux sociaux :

Page Facebook de l’évènement 

Page Facebook de Jacques Bompard (député-maire d’Orange) / Twitter : @JacquesBompard

Page Facebook de La Ligue du Sud / Twitter : @Liguedusud

14095704_882783621825835_8614141597242852169_n

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Forum de l’Union des droites : « A la reconquête de notre identité »

24 septembre 2016

9h30-10h30. L’Histoire : un champ de bataille

  • Stéphane Blanchonnet, Président du Comité directeur de l’Action française, professeur agrégé de lettres modernes
  • Jean-Pierre Maugendre président de Renaissance Catholique

10h30-11h30. « Quels fondements pour la reconquête de notre identité ? »

  • Guillaume de Tanoüarn, rédacteur-en-chef du journal Monde & Vie, co-fondateur de l’Institut du Bon Pasteur, abbé et Directeur du Centre Saint-Paul

11h30-12h30. Ivan Rioufol, journaliste, essayiste, auteur de La Guerre civile qui vient (Pierre-Guillaume de Roux, 2016)

14h30. Le mal que la gauche fait aux femmes

  • Gabrielle Cluzel, rédactrice-en-chef du blogue Boulevard Voltaire
  • Cécile Edel, fondateur de l’Association Choisir la Vie

15h30. Les nouvelles formes de combat

  • Béatrice Bourges, fondatrice du Collectif pour l’Enfant

16h30. Vers l’union des droites

  • Jean-Claude Martinez, ancien député, juriste et auteur de Ma république des maires : pour en finir avec ces présidentielles (Jean-Cyrille Godefroy, 2016)

17h30. Conclusion de l’Université d’été

  • Jacques Bompard, député de Vaucluse, Maire d’Orange

20h. Dîner débat sur l’Islam

  • Bernard Antony, journaliste, essayiste, ancien député européen, Président de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF)

 

 

 

 

 

 

Le Forum de l’Union des droites, comme si vous y étiez !

Le 23 septembre 2016, la Ligue du Sud a accueilli le Forum de l’Union des Droites ; une réunion pleine de promesses, aux interventions nombreuses et éclairantes.

  • Jean-Pierre Maugendre militant catholique devant l’éternel est revenu sur le thème de « l’Histoire, un champ de bataille ». Un sujet tout adapté, pour le Président de Renaissance Catholique, qui dirige au sein de son association une collection de manuel d’Histoire pour réapprendre aux enfants la Grande Epopée Nationale qui fut la nôtre.
  • Stéphane Blanchonnet, professeur agrégé de lettres modernes, est également revenu sur ce thème. Fort de ses qualités de Président du Comité directeur National de l’Action Française, il a notamment rappelé la part importante occupée par l’Action française dans l’Histoire de France, servie par des plumes aussi éminentes qu’éloquentes que Jacques Bainville ou Pierre Gaxotte.

Vous pouvez retrouver cette première intervention ici.

  • C’est ensuite à Ivan Rioufol qu’a échu la tâche de parler de la « reconquête de notre identité ». Le journaliste, auteur de nombreux ouvrages – notamment La guerre civile qui vient (Pierre Guillaume de Roux, 2016), a souligné la nécessaire insoumission civile à laquelle devait s’adonner la population Française.

Vous pouvez retrouver son intervention ici.

Face au succès des tables-rondes de la matinée, l’après-midi s’est gracieusement ouverte, en compagnie d’intervenantes engagées.

  • Gabrielle Cluzel, rédacteur-en-chef chez Boulevard Voltaire, est revenue sur le « Mal que la Gauche fait aux femmes ». Un sujet que dont cette plume aussi cocasse qu’acidulée, s’est fait une fine observatrice dans son ouvrage Adieu Simone ! Les dernières heures du féminisme (éditions du Centurion, 2016).
  • A ses côtés, Cécile Edel est revenue sur le même thème, toutefois centralisé autour de l’immersion progressive de la Gauche dans le domaine de la culture de mort. Défense de la vie chevillée au corps, la Présidente de l’association Choisir la Vie sait que ce combat ne doit pas faire l’objet de notre candeur, et qu’il est nécessaire d’adopter une posture courageuse pour le défendre.

Vous pouvez retrouver cette troisième table-ronde ici.

  • Béatrice Bourges, fondatrice du Collectif pour l’Enfant et membre du Printemps Français, est quant à elle revenue sur les « Nouvelles formes de combat » mises à disposition de cette nouvelle génération s’étant levée à l’issue de la désastreuse révision du « mariage ».

Retrouvez cette intervention ici.

  • Journée fort riche… Après avoir étudié les causes du mal, il convenait de faire état de l’Union des droites nécessaires à la préservation de l’identité Française. Jean-Pierre Maugendre, juriste et professeur émérite à l’Université Panthéon Assas, a ainsi conclu le cycle de conférences.

Vous pouvez retrouver son intervention ici.

Jacques Bompard, député de Vaucluse et Maire d’Orange, à l’initiative de ce forum par l’intermédiaire du parti de la Ligue du Sud, a conclu la journée. Son intervention est disponible ici.

Après un cycle de conférences particulièrement dense, les convives se sont retrouvés autour de Bernard Antony, Président de l’Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne, pour un dîner débat sur l’Islam dont l’intervention est disponible ici.

IVG : nouvel assaut des fanatiques de la culture de mort

La Ligue du Sud est intégralement favorable à la défense de la vie. Jacques Bompard l’a démontré à de très nombreuses reprises ! Il l’a démontré par le biais des propositions de lois, par de nombreuses interventions à l’assemblée nationale, mais aussi au cours de toute sa carrière politique. Et le Système ne lui a pardonné. Il ne pardonne d’ailleurs jamais aux défenseurs de la vie.

les-enfants-appartiennent-a-l-etat-laurence-rossignol-poursuivra-en-diffamation-ceux-qui-lui-attribuent-cette-phrase

Dernière provocation en date, la proposition de Laurence Rossignol visant à attaquer les sites internet soutenant un autre choix que la mort pour les enfants à naître. Même Dominique Reynié s’indigne dans une tribune du Figaro : « Les questions soulevées par ces sites alternatifs sont pourtant recevables. Evidemment, ils ne sont pas favorables à la manière dont se pratique aujourd’hui l’IVG, mais cette appréciation relève de leur liberté. » Nous tenons à le féliciter d’une telle déclaration. C’est d’autant plus courageux de sa part quand on voit Libération insulter l’Irlande du Nord, la Pologne ou encore l’Italie dans son numéro d’hier.

Hier Le Huffington Post a encore mené la charge contre la Fondation Lejeune. Décidément, le but est d’interdire toute défense de la vie. Nous voyons donc que face à nous, le parti de la mort s’érige en dictateur ! A nous de le faire tomber !

« Plan formations » : le gouvernement dissimule son mauvais bilan chômage

Alors qu’en 2012, François Hollande faisait la promesse que la courbe du chômage serait inversée, il n’en est toujours rien aujourd’hui. Épuisant toutes les excuses imaginables, le ministre du travail, Myriam El Khomri, pointait « les difficultés rencontrées dans des secteurs affectés par les attentats de juillet » pour justifier la hausse record du chômage sur le mois d’août – 52400 inscrits en catégorie A ! Liant sa candidature en 2017 à l’inversion de la courbe du chômage, le Président de la République s’inquiète : malgré une manipulation répétée des méthodes de calculs du chômage, le bilan reste morose.

7983677
Pour y faire face, l’exécutif ambitionne de doubler le nombre de formations accordées aux chômeurs d’ici la fin de l’année 2016, passant de 470 000 en 2015 à près d’un million l’année suivante. Un milliard d’euro a été débloqué à cet effet, dont les scories restent à la charge des régions. Déconnectée du terrain, aveuglée en dépit de ses échecs criants du passé, la Gauche reste convaincue de la réussite de son plan. Du côté du gouvernement, on encourage le ministre du travail à affirmer avec enthousiasme que « le plan 500 000 formations supplémentaires continue son déploiement afin de faciliter et d’accélérer le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi. ». A n’en pas douter, la bonne maîtrise de ses dossiers plaide d’emblée en la faveur du ministre du Travail.

L’enthousiasme ne semble pas partagé par les conseillers et syndicalistes, inquiets du contenu du plan. Ceux-là soulignent « la précipitation de la mise en œuvre et la logique du chiffre ». Jean-Charles Steyger, secrétaire-général du syndicat SNU-Pôle Emploi, mentionne même une approche « restrictive et adéquationniste basée, sur les seuls besoins des entreprises ». Pôle emploi ayant acheté des formations en grande quantité, basée sur les besoins des entreprises, tend à y placer la majeure partie des demandeurs d’emploi. Qui de la prise en compte réelle de la volonté des individus et de leurs capacités ? Les demandeurs d’emploi se retrouvent donc dans des formations très souvent inadaptées à leur profil. Pour remplir ces objectifs quantitatifs l’exécutif délaisse le qualitatif et met ses agents sous pression. Ces derniers, soucieux d’aider les demandeurs d’emploi n’ont plus le temps de s’occuper de leurs dossiers comme ils le devraient, l’objectif principal étant d’atteindre les objectifs fixés. Ainsi, ils ne peuvent plus orienter les demandeurs d’emploi vers des formations d’aussi bonne qualité qu’auparavant. A Pole Emploi, les agents soulignent l’inefficacité totale du plan : « Le plan 500 000 a basculé dans de la simple redynamisation des demandeurs d’emploi ».
Incapable, le gouvernement essaie de faire en quelques mois ce qu’il n’a pas réussi à faire en plusieurs années.

Jacques Bompard interpelle le directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides

Jacques Bompard était le seul parlementaire de France à interroger, en Commission des Lois, Pascal Brice, directeur général  l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, sur le camp de « migrants » de Bonpas.

Retrouvez l’intégralité de son intervention ci-dessous et l’audition filmée.

intervention-de-m-bompard-en-commission-des-lois-le-28-09-16-page-001