La reconquête de notre identité en question : organisation d’un forum de l’Union des droites à Orange

Mis en avant

A l’heure où la présidentielle se profile dans un climat d’Etat d’Urgence incontrôlé, où les primaires occupent les gros titres de médias aux conclusions peu diversifiées, retrouver raison et s’interroger sur le sens organique de la politique s’impose. Faire fi du raffut, des petits scandales de ces amoureux de partis politiques aux clivages désuets, évaluer la véritable orientation à donner aux idées politiques de droite : telles semblent être les priorités à retrouver. Humiliée, déracinée, notre bien chère France est devenue la victime d’une idéologie de gauche soumise à la sensiblerie de l’oligarchie parisienne.

C’est pourquoi la Ligue du Sud organise le 24 septembre, à Orange (Vaucluse), un Forum de l’Union des droites visant à dessiner les perspectives de la « Reconquête de notre identité ». Une journée qui s’ouvrira sur un état des lieux de l’enseignement de notre Histoire, tributaire, à l’aube de l’application de la réforme scolaire, de bien des mensonges doctrinaux, à la culpabilisation simplificatrice. Fidèle à ses promesses, la Ligue du Sud s’emploie à la mise en œuvre de véritables solutions, non fondées sur la seule réaction à l’encontre des issues politiques. Les différentes tables-rondes qui s’ensuivront, servies par des conférenciers ancrés dans le réel, viseront à définir les moyens de la reconquête.

Pour s’inscrire : contact@liguedusud.fr ; Yann : 06.09.31.27.60

Inscription à la journée : 15 €.

Inscription au dîner-débat : 20€.

Retrouver toutes les informations inhérentes à cette journée sur les réseaux sociaux :

Page Facebook de l’évènement 

Page Facebook de Jacques Bompard (député-maire d’Orange) / Twitter : @JacquesBompard

Page Facebook de La Ligue du Sud / Twitter : @Liguedusud

14095704_882783621825835_8614141597242852169_n

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Forum de l’Union des droites : « A la reconquête de notre identité »

24 septembre 2016

9h30-10h30. L’Histoire : un champ de bataille

  • Stéphane Blanchonnet, Président du Comité directeur de l’Action française, professeur agrégé de lettres modernes
  • Jean-Pierre Maugendre président de Renaissance Catholique

10h30-11h30. « Quels fondements pour la reconquête de notre identité ? »

  • Guillaume de Tanoüarn, rédacteur-en-chef du journal Monde & Vie, co-fondateur de l’Institut du Bon Pasteur, abbé et Directeur du Centre Saint-Paul

11h30-12h30. Ivan Rioufol, journaliste, essayiste, auteur de La Guerre civile qui vient (Pierre-Guillaume de Roux, 2016)

14h30. Le mal que la gauche fait aux femmes

  • Gabrielle Cluzel, rédactrice-en-chef du blogue Boulevard Voltaire
  • Cécile Edel, fondateur de l’Association Choisir la Vie

15h30. Les nouvelles formes de combat

  • Béatrice Bourges, fondatrice du Collectif pour l’Enfant

16h30. Vers l’union des droites

  • Jean-Claude Martinez, ancien député, juriste et auteur de Ma république des maires : pour en finir avec ces présidentielles (Jean-Cyrille Godefroy, 2016)

17h30. Conclusion de l’Université d’été

  • Jacques Bompard, député de Vaucluse, Maire d’Orange

20h. Dîner débat sur l’Islam

  • Bernard Antony, journaliste, essayiste, ancien député européen, Président de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF)

 

 

 

 

 

 

Zemmour : la grande peur de l’oligarchie médiatique

Ils haïssent Éric Zemmour d’une haine recuite, caricaturale et souvent totalitaire. Ils le haïssent d’abord parce qu’il devrait être comme eux : journaliste, star de la télé, homme de réseaux, Zemmour a les deux pieds dans le système. Alors les vestales s’exaspèrent. Ainsi Libération ce matin : « Il a plus que jamais un goût de moisi ». A croire que l’on est toujours la moisissure de quelqu’un.

Eric Zemmour, ecrivain, essayiste et journaliste francais. Chaque jeudi soir en seconde partie de soiree sur France 5, Franz-Olivier Giesbert, accompagne des editorialistes Mazarine Pingeot, Eliette Abecassis et Geraldine Muhlmann, recoit des politiques et des intellectuels pour debattre d'une question de societe. Photographies realisees le 29 octobre 2014. Paris, FRANCE-le 20/12/14/BALTEL_121306/Credit:BALTEL/SIPA/1412211238

Le tort du polémiste ? Ne pas se plier devant les Cohen et autres Bourdin qui vitupèrent contre la vision de l’islam de l’auteur d’un Quinquennat pour rien. Edwy Plenel, passe encore, mais Zemmour, surtout pas ! La presse de l’oligarchie est d’un fétide… Elle est oublieuse de neuf millions de pauvres qui souffrent dans notre pays. Elle est crâneuse, parce que ses journalistes s’organisent en contre société. Elle est partisane, parce qu’appréciée par les puissances de l’argent.

Nous serons ravis d’ennuyer ce petit monde en nous rendant à l’Espace Daudet le 3 novembre prochain.

Le journal de campagne de Yann Bompard est en ligne

Yann Bompard, militant de la Ligue du Sud, a présenté il y a deux semaines son premier journal de campagne. Vous trouverez ci-dessous cette publication en ligne.

La Ligue du Sud vend debout contre l’immigration et le grand remplacement, Denis Sabon en appelant à l’exercice de la « méthode Bompard »,…, comptent parmi les sujets au sommaire de ce numéro.

yann-aout-2016-page-001yann-aout-2016-page-002yann-aout-2016-page-003yann-aout-2016-page-004yann-aout-2016-page-005 yann-aout-2016-page-006yann-aout-2016-page-007yann-aout-2016-page-008

Médiapart a compris quelques choses

Une fois n’est pas coutume, Médiapart a compris quelques choses.

Dans un article récent sur les élections départementales partielles à venir pour le canton d’Orange, l’organe très proche du pouvoir analyse le comportement électoral de notre belle terre. Sans étonnement, le journal parait particulièrement angoissé par la libre expression des peuples. Il faut dire qu’Edwy Plenel fut longtemps maitre en désorientation des colères populaires.

médiapartEn revanche l’une de ses expressions est heureuse. La journaliste parle de Sisco des héritiers. Nous assentirions parfaitement à l’expression si elle était complétée.

D’abord parce que nous sommes fiers de faire partie des mouvements localistes qui se retrouvent dans les aspirations à la préservation culturelle et politique de leurs territoires. Ensuite parce que les habitants de Sisco ont fait preuve d’un courage qui est brimé partout en métropole. Et enfin parce que nous savons que nous sommes chez nous et que d’autres sont des allogènes.

De plus, nous assumons parfaitement le caractère d’héritiers. Contrairement à tous nos opposants, nous ne sommes pas prisonniers du relativisme culturel de mai 68. Et même nous considérons que l’héritage est une fierté, notamment en terre de Provence. Lire la suite