Non à la PMA pour tous !

La Ligue du Sud est particulièrement défavorable à la réforme de la Procréation Médicalement Assistée de 2011 permettant aux couples hétérosexuels d’avoir un enfant par fécondation in vitro sans condition de vie commune. Si l’infertilité est une souffrance dont il est louable que la science soit parvenue à amoindrir les duretés, le mythe du Progrès ne doit pas ouvrir la possibilité à toutes les dérives.

pmaLors du débat ayant entrainé la destruction du modèle naturel du mariage lors des premières années du quinquennat de François Hollande, les opposants au saccage du mariage rappelaient que les coteries LGBT chercheraient à imposer l’extension universelle de la GPA. C’est chose faite avec le concours du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, tout un programme, qui demande la libéralisation complète de ces solutions en principe réservées à des cas limites. Rappelons que grâce à la belle mobilisation de La Manif Pour Tous, l’ouverture de la GPA aux couples de femmes était retirée de la loi famille en janvier 2014.

L’approche utilisée dans le rapport est paradoxale : elle est issue exclusivement des fameuses théories du genre. Rappelons que le Haut Conseil est dépendant du premier ministre qui rappelait vertement, comme sa chère amie Belkacem, que ces théories n’existaient pas. Pourtant on lit en introdu ction : « Ainsi, les personnes homosexuelles transgressent les normes du genre et sont disqualifiées dans leur identité d’homme « masculin » et de femme « féminine » ». D’ailleurs la PMA reposant sur l’anonymité du donneur et le rapport préconisant d’instaurer une « déclaration commune anticipée de filiation » la société en arriverait à créer une filiation ignorant volontairement la différence des sexes, l’équilibre dans l’éducation par un père et une mère.imagesLa PMA pour les duos lesbiens reviendrait au couronnement d’un totalitarisme idéologique ignorant complètement et la nature humaine et la Nature elle-même.

L’argumentaire utilisé note bien les objectifs réels de forces à l’œuvre depuis des décennies maintenant en faveur du saccage du mariage. Ainsi la Haute Cour prétend justifier le passage à la PMA pour les duos lesbiens au motif que le nombre de divorces aurait explosé et que les femmes seules élevant les enfants de leur précédente union est très majoritaire. Il ne viendrait donc pas à l’idée de ce groupe sans légitimité que c’est justement à un approfondissement des engagements qu’il faudrait procéder pour retrouver ordre et équilibre dans notre société ? Les souffrances des enfants de familles éclatées n’intéressent visiblement pas ces pseudos féministes qui prônent la coexistence d’autres normes à côté de la famille nucléaire, fruit de millénaires de civilisation.

La Ligue du Sud répète qu’elle défend une conception traditionnelle de la famille. Par pragmatisme et souci du bien commun, elle considère que la Politique se doit de soigner les situations sociales intolérables, en rupture de l’ordre naturel. La moraline LGBT cependant n’a rien à faire en politique : elle utilise les individus au service de son idéologie et veut remplacer les familles par des atomes, les enfants par des projections hédonistes insoucieuses de l’avenir de notre société.

Un père, une mère, c’est élémentaire !

Université de rentrée de la Ligue du Sud – 26 et 27 septembre 2015

Bandeau Facebook UDTPour vous inscrire, cliquez ici !

Facebook_logoNotre pays et l’Europe ont atteint des niveaux de crise sociale, économique, spirituelle, artistique et politique ahurissants. Il semble même, parfois, que nous soyons au crépuscule de notre civilisation.

La politique actuelle va à l’encontre des valeurs traditionnelles, les principes de la morale naturelle ne sont plus appliqués… à tel point qu’il est difficile de savoir quels objectifs visent précisément nos dirigeants, assurément plus les intérêts de leur parti politique que ceux des Français.

La constatation des évènements de ces dernières dizaines d’années est parfaitement comparable à ceux qui ont précédés la chute des plus grandes civilisations.J_BOMPARD

Face à cette décadence, nous sommes souvent tentés de perdre espoir et de baisser les bras. La question qui nous revient sans cesse est la suivante : que faire ?

La réponse est plus évidente qu’on ne croit. Il nous faut mettre notre bon sens au service du bien commun et la solution de l’enracinement et de la tradition devient évidente.

L’évidence ne signifie pas simplicité de mise en oeuvre : toute bataille nécessite une lutte acharnée pour obtenir la victoire.

Nous sommes donc la solution ! En nous engageant chez nous, dans une logique localiste propice à la préservation des identités, nous changerons les choses en étant un contrepoids efficace aux puissants qui nous oppriment et nous remplacent.

Contre le système et l’oligarchie, engageons-nous au service du bien commun de notre pays, pour nos traditions et pour la sauvegarde de notre civilisation.

Jacques Bompard


 


CONFERENCES


LES CAUSES HISTORIQUES ET POLITIQUES DE LA CRISE DE LA FRANCE ET DE L’OCCIDENT : Nos dirigeants préfèrent servir leurs partis plutôt que la France. Ils sont les responsables de cette crise politique qui a engendré la crise sociale que nous vivons.

LA VIOLENCE DANS LA SOCIÉTÉ : La violence découle de la nécessaire survie des Français de souche face au Grand Remplacement et de l’abandon des élites face aux problèmes sociaux.

LE LIBÉRALISME : Le libéralisme est le fondement de la pensée gauchiste et moderniste. Cette pensée détruit la France.

L’ENRACINEMENT ET LE LOCALISME : La seule alternative à la politique libérale et l’unique réponse à la reconstruction de notre civilisation est l’enracinement.

PARCOURS D’UN ÉLU ENRACINÉ : Qu’est-ce qu’un élu enraciné ?


TABLES RONDES


LE BIEN COMMUN

LES FORMES DE GOUVERNEMENT : Le totalitarisme soumet le peuple à des idéologies. La tyrannie soumet le peuple aux intérêts d’un homme. Face à ces deux fléaux, quelles solutions s’offrent à nous ?


TEMOIGNAGES


L’ÉTAT ISLAMIQUE OU LE TERRORISME À LA CONQUÊTE DU MONDE : Témoignage de volontaires partis apportés leurs aides aux chrétiens d’Orient persécutés par l’Islam.


Pour vous inscrire, cliquez ici !

Facebook_logo

Le Conseil d’Etat devient une institution partisane

L’état des institutions françaises éclaire la situation d’instabilité de notre régime politique. Un président incompétent des institutions infestées par une oligarchie délétère, un manque de liberté politique et d’action incommensurable. Des mesures idéologiques qui, quand elles ne peuvent pas être adoptées par une institution, sont décidées par décrets. Ce recours permanent à la loi illustre la débâcle de la société. Les droits naturels bafoués, il devient nécessaire de créer une multitude de règlementations pour encadrer toujours 400px-Conseil_d'Etat_Paris_WAplus l’Homme. Quand ces lois sont mal étudiées et appliquées, chacun doit recourir à une institution supérieure. Or le Conseil d’Etat avoue une hausse importante des recours : une augmentation de 30.8% de demandes dans le domaine de la justice et un accroissement de 11.4% dans les tribunaux administratifs. Cette hausse est l’illustration d’une politique mauvaise et incomprise qui nécessite des recours.

Le Conseil d’Etat est une institution dont le bilan d’activité 2014 résume l’évolution : un faire-valoir pour le gouvernement et non pas un organe de conseillers indépendants. La Haute Cour Administrative fut longtemps souveraine et gage d’une certaine protection de la dignité et de la Nation : en 1909, il prit la défense des processions religieuses catholiques alors que le gouvernement prônait une laïcité exacerbée, en 1962 lors de l’arrêt Canal/Robin, il annula la création par De Gaulle d’un tribunal militaire d’exception suite aux évènements d’Algérie, en 1968, lors de la jurisprudence dites des Semoules, il reconnait la primauté du droit national sur le droit international …). Malheureusement, ce Conseil d’Etat est peu à peu empoisonné par les normes européennes qui lui sont supérieures. La suprématie de la France sur la justice tend à disparaitre. Le Conseil d’Etat devient alors un objet entre les mains du gouvernement qui utilise à loisir toute autre législation que celle de la France pour arriver à ses fins (cf. l’affaire Vincent Lambert dont nous parlerons plus loin). Sous la tutelle du premier ministre ou du ministre de la justice, recrutés au sein de mêmes écoles, ses membres sont une véritable oligarchie.

Il ne peut s’agir d’une aristocratie aux vues des prises de positions déséquilibrées et détachées de tout principe naturel. A ce titre, nous pouvons citer l’implication du Conseil d’Etat en faveur de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert. Inique, cette mesure condamne à une mort par convulsions, une mort inhumaine. Ceux qu’on appelait autrefois «  les sages du Palais Royal » ont évolué vers la destruction de la dignité des membres de la Nation et transforme la France en laboratoire de la marchandisation du monde. Cette tendance contribue à vider notre pays de sa substance éthique et souveraine. En effet, pour conseiller l’Etat, le Conseil d’Etat s’est rendu coupable de laisser à la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) le choix de l’orientation de la loi. Lors de l’examen la loi Macron, il n’a pas hésité à assurer un certain soutien au gouvernement pour autoriser les dérogations en faveur du travail du dimanche. Refuser ce repos dominical contribue à désunir la Nation, à briser les familles et à anéantir toute journée d’élévation spirituelle. Il s’agit d’une volonté organisée de détruire notre dignité, notre unité et notre âme.

Le Conseil d’Etat a participé, cette année, à la construction d’un pays sans identité. Consulté par l’Etat, ce Conseil n’a pas vu d’objection à nommer un ressortissant étranger à la tête de l’Agence nationale de la Recherche. Il a prétexté que cette mission n’exerçait pas de fonction inséparable de la souveraineté, de ce fait la recherche pouvait être dirigée par un étranger. Il s’agit d’une gestion du pays légal éloignée de tout intérêt national. Il ne peut s’agir d’un choix par défaut, de nombreuses personnes de haute renommée et très compétentes auraient pu briguer cette fonction, il s’agit d’une mesure idéologique.

Dans un pays voulu sans fierté, les décisions politiques accentuent l’anéantissement identitaire. En effet, il a appuyé la réforme territoriale si contestée. Une nouvelle répartition qui avec une modernité révolutionnaire nie tout héritage, acceptant par exemple de retirer de la carte le berceau de la France : la Picardie. Ce sinistre tableau peint, nous pouvons aussi mentionner une nouvelle norme : « un silence pendant deux mois d’une autorité administrative » équivalant à une acception de la demande. Quelle belle vision du bien commun.

Tuer notre dignité, briser les familles, anéantir toute idée de fierté nationale, détruire l’identité française et briser les liens entre tous, voilà entre autre chose à quoi contribue le Conseil d’Etat. Ses prises de position en font un vassal du pouvoir existant. Même si certaines de ses propositions sont intéressantes (telle la possibilité d’expulser des étrangers séjournant régulièrement en France lorsqu’ils représentent un danger pour notre sécurité) cette institution est surtout un organe de propagande de l’idéologie ambiante. En effet, elle n’est plus souveraine, mais soumise aux lois européennes qui lui imposent un mode de pensée et de décision. Le mandat de François Hollande est l’illustration de l’effondrement de cet institut par son manque d’indépendance, un institut qui ne sait plus donner un discours clair et respectueux de l’Homme.

La Ligue du Sud engagée auprès des TPE

barometre-tpeLe baromètre d’Avril-Mai-Juin 2015 réalisé par l’IFOP et Fiducial au sujet des TPE analyse avec intérêt le regard des Très petites entreprises sur les conseils départementaux. Avant que les travaux concrets des élus ne commencent, cette photographie de la relation entre le tissu économique et sa représentation politique présente un intérêt important. A nous, élus du Conseil Départemental du Vaucluse, d’en tirer les conclusions.

Les dirigeants de TPE remettent profondément en cause la situation économique et politique nationale. 34  entretien-petite-entreprise% d’entre eux affirment ainsi avoir voulu sanctionner le gouvernement dans cette élection pourtant très locale. Un quart des dirigeants ont motivé principalement leur abstention par rejet des partis politiques et 31% parce qu’elle ne changerait rien. Quelle remise en cause de l’idéologie jacobine et de la dictature des partis. Par ailleurs les conditions d’accès au crédit stagnent ou se détériorent pour 85 % d’entre eux.

Mais ce rejet de la situation nationale ne doit pas masquer la grande déception des TPE vis-à-vis des conseils départementaux. Ainsi 49 % d’entre eux n’étaient pas satisfaits de l’action des anciens conseils généraux. Comme on les comprend dans le Vaucluse ou la Gauche a fait passer notre territoire au rang de septième département le plus pauvre de France et ou les copinages et l’incompétence ont fait s’accroitre les charges du Conseil contrairement aux promesses de la réforme territoriale.1956240_orig

Si l’aide aux entreprises est une compétence du Conseil Régional le fait que seuls 26 % des patrons de TPE affirment connaître les compétences d’un Conseil Départemental pose la question d’une gestion désincarnée et loin des acteurs locaux enracinés.

Entre rejets de personnalités politiques qui ont montré leur incompétence dans la gestion ou qui refusent de considérer que la politique est une confrontation au réel et besoin d’être considérés, les patrons de TPE nous donnent un message : les emplois, le lien social, la maitrise d’un territoire passent par nos activités. Entendons leur appel !

La Ligue du Sud est à l’écoute et au contact de ses acteurs primordiaux de nos territoires !

Intervention de Yann Bompard, conseiller départemental Ligue du Sud pour le canton d’Orange – Caderousse – Piolenc.

Monsieur le Président, Chers collègues,Yann1

Ce compte administratif est malheureusement la parfaite illustration de la piteuse gestion de l’argent des contribuables par la gauche. Dépenses déraisonnables, irresponsabilité budgétaire, inefficacité pour l’économie réelle.

Nous sommes élus du 7ème département le plus pauvre de France. Et nous recueillons les fruits amers des mandats précédents. La majorité socialo-communiste a malheureusement toujours préféré le clientélisme au devoir d’exemplarité. Il faut le dire : nous ne voulons plus de cette gestion désastreuse pour ce qui devrait être un département de cocagne.

Plusieurs points doivent retenir notre attention.

  1. Absence de lutte contre les fraudes au R.S.A
  2. Charges de personnels en constante augmentation
  3. Croisement des compétences avec d’autres acteurs privés ou publics
  4. Baisse constante des investissements

 1. Absence de lutte contre les fraudes aux R.S.A

L’enveloppe consacrée au R.S.A avoisine les 100 millions d’euros, et selon les prévisions des services du Département, augmentera de 10 millions d’euros par an.

Je citerai Charles Prats, magistrat spécialisé dans les fraudes aux finances publiques : « Dans les cités, tout le monde voit le trafiquant de drogue qui roule dans une grosse voiture alors que tout le monde sait qu’il touche le R.S.A, c’est très destructeur pour le lien social ».

Je félicite d’ailleurs vos services d’avoir, comme notre groupe l’avait suggéré en commission des finances, pris attache avec les départements de Vendée, des Alpes Maritimes et des Hauts de Seine, en pointe sur le sujet.

Peut-être faudrait-il d’ailleurs envisager de supprimer la prime supplémentaire, alors que nous sommes l’un des derniers départements à le verser ?

Premier poste de dépense sociale, le R.S.A doit également être le 1er poste de dépenses contrôlées. Quitte à renégocier les contours de son contrôle en modifiant la convention liant le département à la CAF de Vaucluse. Ce contrôle est une obligation que nous avons non seulement à l’égard des contribuables vauclusiens, mais surtout à l’égard de nos compatriotes qui sont véritablement dans le besoin. J’en finirai d’ailleurs sur ce point, nous rencontrons très souvent des allocataires du R.S.A qui se sentent « isolés » par ce système et qui préfèreraient que cette aide serve à leur intégration dans le monde du travail.

En ce sens, il nous semble utile d’envisager les moyens légaux à disposition du président pour qu’il mette en place des conventions entre des secteurs d’activités Vauclusiens et les allocataires du R.S.A. Ainsi, notre département serait-il en pointe sur l’instauration d’un véritable droit au travail.

 2. Les charges de personnel en constante augmentation

Représentant plus 127 millions d’euros en charge de personnel, ce poste de dépense est également à réduire, notamment en ne remplaçant pas, hors besoin de service, les 70 départs à la retraite par an qu’enregistre le Conseil Départemental.

3. Lutte contre le croisement de compétences et doublons

C’est également une source d’économie non-négligeable pour les finances du Département.

Avec l’entrée en vigueur prochaine de la loi « NOTRe », il est quasiment sûr que le développement économique devienne la compétence propre du Conseil Régional. Ce faisant, il faut se questionner sur la pérennité de l’agence de développement économique du Vaucluse qui bénéficie de plus d’un million d’euros de subvention.

Plus largement encore, il faut s’interroger sur les associations pour lesquelles les subventions publiques représentent plus de la moitié des recettes d’exploitation.

4. La relance de l’emploi par l’investissement local

Développement de la fibre optique, aménagement des infrastructures, soutien à l’agriculture et à la viticulture, premier secteur économique de notre département, tels sont les investissements qui pourront relancer l’emploi en Vaucluse

Notre groupe vous invite, comme il l’a déjà fait au sein de la Commission d’Appel d’offre, à intégrer le plus possible des clauses sociales et environnementales dans vos marchés et délégations de services publics, afin de limiter aux maximum la concurrence internationale déloyale et le dumping social

En somme, il vous est proposé ni plus ni moins que d’appliquer ce que la Ligue du Sud fait à Orange et Bollène et qui recueil le large assentiment de la population. Ce modèle de gestion enracinée et en dehors des partis correspond parfaitement au désir de notre population excédée par les bisbilles politiques et l’absence de répercussions positives du travail des assemblées.Puisque la majorité a changé, nous voterons donc pour ce compte administratif, comme les Jacques et Marie-Claude Bompard ont du voter le Compte administratif des majorités socialistes qu’ils avaient battus.

Cependant, nous resterons extrêmement vigilants pour que nos demandes soient appliquées.

Je vous remercie.

109 milliards d’euros envoyés par les immigrés européens à l’étranger

Un récent rapport du Fond international pour le développement agricole de ce jour nous apprend que les immigrés travaillant en Europe ont envoyé près de 100 milliards d’euros hors du continent en 2014. Ces sommes bénéficieraient à près de 150 millions de personnes.  En France ce sont dix milliards d’euros qui ont été envoyés par des travailleurs  étrangers hors de notre territoire. Deux tiers de cette somme est allé en Afrique. Aux Comores par exemple, 15 % du Produit Intérieur Brut provient de transferts de fonds d’émigrés.ff

En somme 10 milliards d’euros disparait du territoire national au profit, en ce qu’il s’agit de la France, très majoritairement au profit du continent africain. Si l’on considère les sommes nécessitées par l’accueil d’immigrés sur le territoire national, les investissements consentis depuis les années 1970, les troubles sécuritaires et identitaires liés à l’immigration de masse, et enfin la pression à la baisse sur les salaires, la confiance et le pouvoir d’achat des m énages français de souche, la perte passe mal.

Il y a quelques jours François Hollande s’enorgueillissait de la création d’une usine Peugeot en Chine alors que les industries françaises peinent à tirer du profit d’une reprise européenne et mondiale bien peu fructueuse dans l’hexagone. Rappelons que d’après l’INSEE l’ensemble des demandeurs d’emploi (catégories A, B, C) s’est accru de 0,5 % en Mars près de 5, 3 millions de chômeurs.  Pour 2016 l’UNEDIC prévoit un déficit de l’assurance chômage à près de 3,5 milliards d’euros.  A mettre en perspective avec les plus de six milliards d’euros envoyés chaque année depuis la France vers l’Afrique par des immigrés.
Toutefois le gouvernement français refuse de prendre en compte cette perte financière lourde. Mieux, il préconise très régulièrement des politiques discriminatoires anti-français de souche. C’est par exemple le cas de la note «  Favoriser l’insertion économique des jeunes issus de l’immigration » publiée par France stratégie, la boite à idée officielle  du gouvernement français. Cette note propose de pratiquer, sans la nommer, une discrimination positive. Entendez une politique inégalitaire en défaveur des lignées françaises.url

Il est ainsi proposé d’investir 400 millions d’euros  sur quatre ans pour aider les établissements scolaires accueillant des Français de fraiche date, alors que ces établissements sont déjà plus aidés que les autres établissements.  Il est proposé de coupler cette mesure à d’autres aides périscolaires à destination des « garçons de parents africains ou magrébins », faciliter l’accès aux masters pour les français de fraiche date,  obliger les entreprises du secteur privé à les intégrer prioritairement dans leurs quotas d’alternants et de faire de même dans la fonction publique d’Etat, accroître les dispositifs de SRU et ANRU en octroyant principalement les places aux immigrés et descendants d’immigrés.

En un mot ; en plus de la disparition d’argent sur le territoire national, il s’agirait d’accroitre les disparités d’aide économique sur le territoire.  Et cela ne correspondrait pas à une goutte d’eau puisqu’on comptabiliserait en France au moins 5, 6 millions d’immigré (INSEE 2011) et 6, 8 millions de descendants d’immigrés en 2012 (Infos migrations numéro 66).

Il faut donc parler du réel au sujet de l’immigration clandestine et légale. Si la question identitaire a déjà beaucoup occupé la Ligue du Sud (Proposition de loi de lutte contre l’immigration, participation aux Assises du Grand Remplacement, discours de Jacques Bompard à l’Assemblée Nationale), son poids économique est un frein et un facteur de dislocation pour notre pays. Un facteur masqué par des chercheurs qui méprisent ainsi la souffrance de la population autochtone française.

Réaction aux propos de Jean-François Lovisolo

Ligue du Sud au départementDans un entretien accordé à La Provence, Monsieur Lovisolo tente une pétition de principe sur la gestion du Conseil Départemental de Vaucluse. Après les résultats indigents obtenus pendant les mandats de Claude Haut, la gauche vauclusienne choisit donc l’opposition systématique. Ce sont les termes mêmes de Monsieur Lovisolo « une opposition résolue ».

On pourrait comprendre que même d’anciens fossoyeurs du Vaucluse et de la PACA en général à l’échelon régional s’opposassent à des données factuelles, concrètes de ces temps d’installation des dossiers. Que nenni ! Idéologue et inconvenant, Monsieur Lovisolo préfère claironner des délires sur la droite républicaine montrant ainsi sa totale indifférence au sort des Vauclusiens. Lire la suite

Réflexions sur l’appel de Bruno Gollnish

Le 26 mai dernier, Bruno Gollnish s’adressait aux catholiques en les invitant à rejoindre le Front National. Rien de plus naturel, pour celui qui contre toutes les insultes avait considéré qu’il lui fallait maintenir le cap au « Front ». Deux jours plus tard, le Front National nettoyait ses statuts en minimisant l’importance de Bruno Gollnish et Marie-Christine Arnautu. Rien de plus naturel dans une structure qui a fait de la purge une maxime politique.

Je remarque que les deux élus en question n’étaient pas salariés du Front National, ce qui leur laissait une certaine liberté. Les commissions dont ils sont exclus sont, elles, tenues par des salariés, dont la liberté d’action est bien moindre. Marine Le Pen est gagnée par le virus familial de la dictature monolithique. Elle utilise quelques nervis n’ayant pas vendu leurs diplômes au prix qu’ils le voulaient et tentent donc une véritable OPA sur la droit13892122e nationale. Chacun sait que l’épuration est en route au Front National, et que les idées s’en vont, bien entendu, avec les Hommes.

Je crois qu’il faut désormais dire bien clairement aux bonnes volontés du Front National : vous faîtes fausse route. J’ai aimé, combattu, milité et donné plus que beaucoup pour ce parti. Je ne préfère pas me prévaloir de quelque grade militant qu’il soit, mais le patriotisme n’a, je crois, jamais eu à se plaindre de mon investissement.
Le Front National a abandonné sa doctrine, décimé ses troupes sincères, et veut maintenant utiliser la fougue et la belle vigueur électorale que lui donnent les médias du système pour asseoir les délires mégalomaniaques qui se sont emparés de Nanterre. Preuve, si vous en vouliez encore, que la dictature de l’esprit partisan finit systématiquement par abîmer les individus. Togolinschi_5280de28e8ujours.

J’en sais qui ne supporteront pas cette critique. Je veux leur dire que j’entends que la motivation d’un engagement se satisfait parfois du vernis. Néanmoins, ce vernis a fini par laisser éclater sa nocivité. Je vous épargne l’énumération des hommes et des femmes admirables recalés du marinisme. On voit aujourd’hui à quelle communauté la fille d’un père bafoué préfère confier l’avenir de votre labeur.

J’ai été exclu du Front National suite à des critiques de 1998 dénonçant le caporalisme et le refus de lutter contre l’immigration. Toute correspondance avec les faits actuels devrait au moins poser question. Vous savez bien que le Front National choisit d’exploiter discrètement les bonnes volontés identitaires pendant que l’entourage d’un ancien du MRC recueille les fruits financiers et honorifiques de votre travail.

Alors je veux dire aux catholiques qu’on appelait hier à rejoindre en masse le Front National, qu’aucun parti ne mérite un don aveugle de leur volonté. C’est leur famille, leur commune, leur terre, leur lignée et leur héritage qui méritent ce don total. Force est de constater que le Front National ne satisfait pas à nos aspirations. Engagez-vous chez vous, il n’est aucun besoin du marinisme pour changer notre quotidien et celui de nos proches. C’est même le plus grand obstacle à la conscience et à l’organisation réelle que la majorité des Français appellent de leurs vœux.