Plus de 50 000 nouveaux immigrés clandestins veulent rejoindre l’Europe!

Jacques Bompard a interrogé le ministre de l’Intérieur sur l’avenir des accords du Touquet. « En 2016, la France a accepté 35 170 demandes d’asile sur son territoire. Entre 2015 et 2016, le nombre de demandeurs d’asile est passé de 70 570 à 76 790 à Paris, sans compter les demandeurs sous l’égide du processus de Dublin, qui porte le nombre de demandeurs à 100 000 personnes. Depuis janvier 2017, plus de 50 000 nouveaux immigrés clandestins tentent de rejoindre un continent européen ».

Retrouvez la question de Jacques Bompard !

19190796_10212967016279477_894860455_n

Jacques Bompard interroge le Commissaire Européen pour l’Union de Sécurité !

Jacques Bompard a interrogé Julian King, commissaire européen pour l’Union de la sécurité. Il lui a demandé si l’Union Européenne avait « mis en œuvre une procédure renforcée d’analyse des liens entre l’Etat turc et les migrants islamistes au vue des convictions islamistes de monsieur Erdogan ».

https://www.youtube.com/watch?v=giO6JTsJbxQ&feature=youtu.be

Jacques Bompard interpelle le directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides

Jacques Bompard était le seul parlementaire de France à interroger, en Commission des Lois, Pascal Brice, directeur général  l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, sur le camp de « migrants » de Bonpas.

Retrouvez l’intégralité de son intervention ci-dessous et l’audition filmée.

intervention-de-m-bompard-en-commission-des-lois-le-28-09-16-page-001

 

Immigration : la caste politico-médiatique à l’assaut des peuples européens

A Perpignan, l’AFP a démontré son obsession de ces dernières années : les « migrants ». L’agence de presse quasiment affiliée au parti socialiste rencontre, pour une fois, une préoccupation fondamentale des peuples européens. Malheureusement, les appréciations divergent.

5221407lpw-5221567-article-2016newsberlinallemagneconference-de-pressesiege-cdu-jpg_3760132_660x281

Pour les Français, 30 000 migrants qui s’ajouteraient au grand remplacement est une perspective insupportable. Pour les médias, c’est la promesse de nouveaux travailleurs exploités par leurs propriétaires. Une situation qui exaspère les travailleurs de souche… Tous les scrutins récents le démontrent. Ainsi, Theresa May déclare à la BBC que les Anglais ne veulent plus de « la liberté de circulation comme avant », tandis qu’Angela Merkel subit les attaques, de sa droite comme de sa gauche, après la défaite de la CDU dans le Mecklenburg Vorpommern, un land ouvrier d’Allemagne de l’Est qui rappelle notre France périphérique. La chancelière allemande a tellement défendu l’Europe au petit sultan Erdogan que la route vers la défaite électorale est pavée de ses prétendues délicatesses humanistes.

En France, Jean-Marc Ayrault vante les vertus de notre partenaire Erdogan. Décidément, le Camp des Saints décrit avec justesse la médiocrité de notre système médiatico-politique.

Calais : être dhimmi en son pays

Que reste-t-il de Calais ? Que reste-t-il de l’une de ces perles de notre Histoire, qui vit s’affronter les belligérants de la guerre de cent ans, qui connut les tribulations de l’épopée napoléonienne ? Derrière les étales vétustes des échoppes installées par les clandestins, l’Histoire de France est bafouée, les Français de souche négligés au profit d’une population qui ne peut être décemment accueillie. Veule, l’État subit.

Soumission, d’abord, aux groupes de pression d’humanitaires qui, en toute conscience, contreviennent aux lois ; élan sentimentaliste tributaire d’un abêtissant humanitarisme, niant l’existence d’une insécurité omniprésente. La semaine dernière, ce sont près de deux cents clandestins illégaux qui ont passé en force la frontière franco-italienne à Menton avec l’aide des « No borders ». A Calais, l’inertie de ces groupes va jusqu’à la soumission : dans les colonnes de Libération, une salariée du secteur humanitaire indique que les « bénévoles de longue date conseillent aux visiteurs de porter des pantalons très larges, d’attacher leurs cheveux (voire de se couvrir la tête) et de porter des chemises amples ». Et incidemment d’indiquer que l’un des motifs éventuels d’une telle démarche serait « d’éviter d’offenser les sensibilités culturelles supposés ». De l’offense faite aux coutumes françaises à la dhimmitude, il n’y a qu’un pas…

d851941e-5ce5-4536-85bd-85b73546a3a4

Devant le viol manifeste d’un état d’urgence devenu obsolète, l’État semble une fois de Continuer la lecture