La reconquête de notre identité en question : organisation d’un forum de l’Union des droites à Orange

A l’heure où la présidentielle se profile dans un climat d’Etat d’Urgence incontrôlé, où les primaires occupent les gros titres de médias aux conclusions peu diversifiées, retrouver raison et s’interroger sur le sens organique de la politique s’impose. Faire fi du raffut, des petits scandales de ces amoureux de partis politiques aux clivages désuets, évaluer la véritable orientation à donner aux idées politiques de droite : telles semblent être les priorités à retrouver. Humiliée, déracinée, notre bien chère France est devenue la victime d’une idéologie de gauche soumise à la sensiblerie de l’oligarchie parisienne.

C’est pourquoi la Ligue du Sud organise le 24 septembre, à Orange (Vaucluse), un Forum de l’Union des droites visant à dessiner les perspectives de la « Reconquête de notre identité ». Une journée qui s’ouvrira sur un état des lieux de l’enseignement de notre Histoire, tributaire, à l’aube de l’application de la réforme scolaire, de bien des mensonges doctrinaux, à la culpabilisation simplificatrice. Fidèle à ses promesses, la Ligue du Sud s’emploie à la mise en œuvre de véritables solutions, non fondées sur la seule réaction à l’encontre des issues politiques. Les différentes tables-rondes qui s’ensuivront, servies par des conférenciers ancrés dans le réel, viseront à définir les moyens de la reconquête.

Pour s’inscrire : contact@liguedusud.fr ; Yann : 06.09.31.27.60

Inscription à la journée : 15 €.

Inscription au dîner-débat : 20€.

Retrouver toutes les informations inhérentes à cette journée sur les réseaux sociaux :

Page Facebook de l’évènement 

Page Facebook de Jacques Bompard (député-maire d’Orange) / Twitter : @JacquesBompard

Page Facebook de La Ligue du Sud / Twitter : @Liguedusud

14095704_882783621825835_8614141597242852169_n

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Forum de l’Union des droites : « A la reconquête de notre identité »

24 septembre 2016

9h30-10h30. L’Histoire : un champ de bataille

  • Stéphane Blanchonnet, Président du Comité directeur de l’Action française, professeur agrégé de lettres modernes
  • Jean-Pierre Maugendre président de Renaissance Catholique

10h30-11h30. « Quels fondements pour la reconquête de notre identité ? »

  • Guillaume de Tanoüarn, rédacteur-en-chef du journal Monde & Vie, co-fondateur de l’Institut du Bon Pasteur, abbé et Directeur du Centre Saint-Paul

11h30-12h30. Ivan Rioufol, journaliste, essayiste, auteur de La Guerre civile qui vient (Pierre-Guillaume de Roux, 2016)

14h30. Le mal que la gauche fait aux femmes

  • Gabrielle Cluzel, rédactrice-en-chef du blogue Boulevard Voltaire
  • Cécile Edel, fondateur de l’Association Choisir la Vie

15h30. Les nouvelles formes de combat

  • Béatrice Bourges, fondatrice du Collectif pour l’Enfant

16h30. Vers l’union des droites

  • Jean-Claude Martinez, ancien député, juriste et auteur de Ma république des maires : pour en finir avec ces présidentielles (Jean-Cyrille Godefroy, 2016)

17h30. Conclusion de l’Université d’été

  • Jacques Bompard, député de Vaucluse, Maire d’Orange

20h. Dîner débat sur l’Islam

  • Bernard Antony, journaliste, essayiste, ancien député européen, Président de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF)

 

 

 

 

 

 

Les Français en faveur de l’enracinement local !

L’association des maires de France a bien voulu nous transmettre les résultats de son analyse sur le lien entre les Français et leurs communes. Sans surprise c’est bien la commune qui est la strate favorisée. : 73 % y ont un attachement fort, et 39 % un attachement très fort. Ils sont 64 % à vouloir qu’elles demeurent telles qu’elles sont. A contrario la loi Notre donne toujours plus de pouvoir mais aussi aux factions politiques pour morceler comme ils le souhaitent notre maillage territorial. Qu’ils soient de droite ou de gauche, les Français aiment ce lien communal.

Afficher l'image d'origine

Ce sont ces petites patries dont Maurras disait dans les dentelles du rempart : « Le nom d’une patrie enveloppe le sentiment de la continué des familles qui se succèdent sur la terre des pères quand les foyers construits, détruits et reconstruits, protégeant l’identité de l’esprit et du sang » Sans elles, la société ne peut plus conserver sa cohérence de famille de familles s’unissant dans la Nation. Dans un document transmis par l’AMF on lit cette citation de Pascal Perrineau : « l’attachement à la petite patrie communale n’est pas une nostalgie, un immobilisme ou un repli mais un besoin d’appartenance et le reflet d’une confiance. »  C’est bien la Nation qui est attaquée par des logiques comptables et idéologiques uniquement nées dans l’esprit de quelques énarques en mal de reconnaissance.

Plus de libertés aux maires et plus de rigueur dans le combat des déficits faramineux développés par les strates diverses des collectivités. Prenons par exemple la dette de 2 milliards d’euros qui accable la région PACA. En prenant en compte les récents résultats électoraux de nos voisins européens, notamment italiens, on voit que le Système veut surtout se prémunir de toute intrusion de Français libres face aux hommes du Système.

 

La ligue du sud est une association politique qui a pour but l’enracinement local et la défense de notre patrimoine national.

Nos propositions en matière de sécurité :
> Allègement du corpus juridique, simplification des lois, application des peines.
> La réinsertion doit passer par un travail d’intérêt commun payé permettant une véritable réinsertion et non de laisse les prisons devenir les écoles du crimes.www.atlantafest.com/Cheap-Uggs.php.

Face à la mondialisation qui détruit, favoriser la relocalisation qui protège !

La mondialisation détruit la nature à travers la mobilisation à outrance des énergies fossiles et des transports. Elle détruit nos valeurs, nos codes, nos règles sociales. Elle asservit la politique à la loi du marché et détruit le sens de l’intérêt collectif et du bien commun. Elle détruit les identités et provoque l’érosion des diversités culturelle, écologique, biologique pour mieux livrer notre monde à la marchandisation et à une pseudo-culture globale entièrement tournée vers le profit et la compétition économique.

Face à la mondialisation, il faut avoir le courage de lancer une politique de relocalisation reposant sur les principes suivants : le rapprochement géographique maximum pour les activités et les échanges, la recherche permanente de la diminution des transports et de leur impact, une volonté accrue d’autosuffisance énergétique et alimentaire, la réciprocité et la complémentarité dans les relations sociales et économiques.Cheap Uggs.
> mettre en place une politique de « prime à la proximité » en détaxant tant les produits que les embauches selon des critères de proximité géographique.
> favoriser les circuits courts et le rapport direct entre le producteur et le consommateur en s’appuyant sur les réseaux et l’expérience des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne).
> appuyer et développer des systèmes de microcrédits et d’épargne sociale et communautaire.

Pour préserver l’environnement, nous devons en finir avec l’urbanisation anarchique. Pour préserver notre cadre de vie et la convivialité de nos quartiers et villages, nous devons soutenir les petits commerces et l’artisanat face aux ogres de la grande distribution.

De riches étrangers font reposer une pression constante sur l’immobilier, empêchant les habitants de la Région de devenir propriétaires chez eux, alors que parallèlement ce sont des quartiers entiers que les Français de souche sont forcés de fuir face à la violence.

Pour que les habitants du Sud puissent « vivre et travailler au pays » au plus près de chez eux

Nos propositions pour préserver l’environnement et le cadre de vie des habitants du Sud:
> Pour participer à l’émergence d’une consommation responsable et enracinée, la Région lancera un label « Produit d’ici » ainsi qu’un prix annuel.
> accorder tout son soutien aux commerces de proximité face aux grandes enseignes, notamment à travers des campagnes d’incitation et de sensibilisation.Uggs Outlet.
> créer des « zones de développement régulé » sur l’ensemble du territoire, en favorisant l’accession à la propriété des familles dans leur ville ou village d’origine et en interdisant le bétonnage sauvage.