Corse : Jacques Bompard livre son analyse

Dimanche 3 décembre 2017 ont eu lieu des élections territoriales d’un nouveau genre en Corse, puisqu’elles permettaient d’élire des représentants d’une collectivité unique qui remplacera dorénavant l’exécutif régional ainsi que les deux départements de Haute-Corse et de Corse-du-Sud. A ce titre, je ne peux qu’approuver cette simplification administrative qui va dans le bon sens en permettant une possible réduction des coûts de fonctionnement et en instaurant un interlocuteur unique pour l’ensemble des Corses.
Ce qui est plus décevant, c’est la moindre participation citoyenne, puisque seul un électeur sur deux a daigné se déplacer pour ce scrutin, alors qu’il en va tout de même de l’avenir politique de la Corse. Toutefois, il est à remarquer que le succès électoral fut total pour le camp nationaliste. Le duo formé par l’autonomiste Gilles Simeoni, l’actuel président du Conseil exécutif Corse, et l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, a fait carton plein, en récoltant 45,36% des suffrages, soit 54.211 électeurs. Et nous pouvons ajouter à ce succès, le score de l’autre liste nationaliste conduite par Paul-Félix Benedetti qui obtient 6,69% des voix, soit plus du double que le score qu’il réalisait en 2015. Les nationalistes corses ont donc obtenu la majorité dès ce premier tour avec 52% des voix.
Bien évidemment, ces résultats ont une saveur particulière dans le contexte d’émancipation de la Catalogne qui a proclamé de facto le mois dernier son indépendance. Sans oublier, le cas de la prochaine auto-détermination de la Nouvelle-Calédonie qui renforce ces volontés indépendantistes.
De ces constats, nous pouvons tirer plusieurs conclusions.
D’abord, comment ne peut-on pas voir dans ce succès des abstentionnistes et des nationalistes corses, la défaite du jacobinisme républicain et donc d’un centralisme de plus en plus attaqué dans sa raison d’être ? D’ailleurs un exemple tend à le prouver, c’est l’échec de la stratégie très jacobine et parisienne du Front National, qui ne réalise à ces élections territoriales que 3% des suffrages, en étant d’ailleurs le seul parti à se réclamer ouvertement de la République, avec comme slogan « Rassemblement pour une Corse républicaine », en méprisant les enjeux locaux de la Corse. S’il est vrai qu’historiquement le centralisme a donné sa raison d’être à la France depuis le règne d’Hugues Capet, les dernières évolutions législatives, et plus particulièrement la loi Notre, ont favorisé l’émergence d’un centralisme dévoyé annihilant toute initiative locale. Et forcément, la conséquence immédiate est une aspiration à plus d’autonomie, d’où les résultats électoraux en Corse. Ces résultats témoignent du retour en force du localisme. Certes, le nationalisme corse est bien plus qu’un localisme, puisqu’il trouve ses racines dans un indépendantisme rêvant de faire sécession avec la France. Mais remarquons bien que les revendications nationalistes des Corses comme des Catalans correspondent bien à un sentiment d’appartenance, à la proclamation d’une identité spécifique, et surtout à l’affirmation d’une communauté politique intrinsèque avec ses propres droits et ses règles bref à un combat identitaire. Et à ce propos, il est possible de déceler des points de convergence avec le localisme, au sens où il s’agit de défendre nos identités locales et charnelles, nos traditions, et surtout une démocratie locale de plus en plus bafouée et menacée par le retour en force d’une administration lourde, à travers notamment l’intercommunalité fille de ce centralisme dégradé.
Ensuite se pose clairement la question de l’auto-détermination, éminente pour la Nouvelle-Calédonie et à venir pour la Corse. Théoriquement, la France ne peut pas accepter de brader une partie de son territoire. Mais pourtant, le gouvernement français est prêt à le faire. Nous voilà revenu au temps de l’Algérie française de 1961-1962. Il n’y a qu’à considérer l’attitude plus que conciliante du Premier ministre en visite ces derniers jours en Nouvelle-Calédonie en faveur de la communauté kanake, n’hésitant pas à rendre hommage aux leaders indépendantistes tués ainsi qu’à leur chef, Jean-Marie Tjibaou. D’ailleurs depuis 1988 les gouvernements qui se sont suivis ont tous eu la possibilité d’organiser un référendum sur l’auto-détermination, mais ils ont préféré laisser pourrir la situation. En fait, il est clair que l’Etat n’a plus en ligne de mire, concernant la Corse comme la Nouvelle-Calédonie et bien d’autres territoires, la défense du bien commun et du bon sens. En fait l’Etat a tendance à être à la fois trop et pas assez présent dans ces territoires. Trop à cause d’une super-structure administrative qui s’exerce à l’encontre des initiatives territoriales et ne prend pas suffisamment en compte les spécificités locales. Et pas assez car la Corse comme la Nouvelle-Calédonie font désormais partie des territoires oubliés de la République, comme bien d’autres, puisque l’Etat n’a pas été assez conscient pour répondre aux besoins quotidiens des habitants. A cette mal-présence de l’Etat s’ajoutent les dérives de la mondialisation qui effacent toute particularité localiste en prétendant à l’émergence d’un village global. Et la non-Europe, que l’on nous propose ces dernières années, a bien compris tout l’intérêt qu’il y avait pour elle à favoriser l’émergence de revendications indépendantistes, dans le but de détricoter le modèle de l’Etat-Nation.
Il est donc grand temps d’en revenir à la défense de nos identités locales et charnelles afin d’éviter toute tentative de sécession qui est toujours dommageable. En ce sens, nous comprenons le vote des Corses qui vise à exprimer cette demande d’un retour au localisme, que pour notre part avec La Ligue du Sud nous défendons, contre les dérives libérales et mondialistes destructrices de notre identité.

Pour un arrêt de l’intégration de la Turquie dans l’Europe

C’est Angela Merkel qui le dit : « Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir membre de l’Union Européenne ». Une déclaration qui tranche avec nombre d’atermoiements européens, et notamment allemand, sur la question et ce pendant des décennies. Si les experts rappellent qu’il s’agit là d’une aggravation des difficultés diplomatiques entre Berlin et Ankara, il faut se réjouir d’une position aussi tranchée.

Dans les derniers mois, la Turquie a brillé par ses errements : vrai-faux coup d’état, incarcération de militants kurdes, chasse aux journalistes. Enfin, jusqu’à un tournant récent, le soutien officiel de la Turquie à certaines factions islamistes en Syrie et ailleurs ne pouvait que contrevenir à l’équilibre oriental. Continuer la lecture

Collomb veut encore plus d’immigration

Collomb veut encore plus d’immigration.

Les plus informés savaient déjà que Gérard Collomb possédait une savante flexibilité en matière de communautarisme. Ils découvrent maintenant que le parrain d’Emmanuel Macron a une mission très claire : augmenter l’immigration.

S’enveloppant d’humanisme au moment de la journée mondiale des réfugiés, le ministre de l’intérieur en avait pour tout le monde : « ouverture de centre d’accueil », « chaîne d’accueil », « accueillir plus dignement ». Aucun mot bien entendu pour le conducteur polonais assassiné à un barrage de migrants.

Le plus intéressant revient à l’assertion suivante : « la loi ne serait pas prioritaire ». Quelques décrets intimeront donc l’ordre aux préfets et aux forces de l’ordre de ne plus appliquer la loi pour reconduire à la frontière les éléments présents illégalement sur notre territoire.

Pour sûr, Macron sera comme Hollande. En pire, certainement, puisque les grands groupes comme Starbucks sont ravis de voir la pression à la baisse sur les salaires trouver un nouveau souffle avec l’encouragement à l’immigration !

Décidément, ce gouvernement Macron ressemble à s’y méprendre à ses prédécesseurs !

 

immigration

Jacques Bompard : un député engagé au service des pharmaciens !

Durant son mandat, Jacques Bompard s’est élevé à de nombreuses reprises dans l’hémicycle pour contrer les atteintes de la gauche à l’égard des pharmaciens. La liberté de conscience de cette profession a été sévèrement attaquée l’année passée, à l’issue du passage de la modification du code de déontologie, qui interdisait la possibilité aux pharmaciens de refuser d’octroyer à son patient des substances susceptibles d’attenter à ses croyances. Alors même qu’à l’issue d’un scrutin public, le corps professionnel s’était en majorité exprimé en faveur de cette liberté… Devant l’attitude des pouvoirs publics, hostile à laisser aux professionnels leur liberté d’agir, Jacques Bompard a renouvelé les initiatives pour soutenir les pharmaciens !

  • Proposition de résolution

Dès la polémique lancée par le ministre du droit des femmes Laurence Rossignol pour annihiler toute liberté d’action aux pharmaciens, Jacques Bompard alertait le parlement à l’aide d’une proposition de résolution appelant à ce que le « pharmacien dispose d’une liberté de conscience lui permettant de refuser d’acheter, de préparer ou vendre tout médicament ou traitement qu’il jugera dangereux pour le patient ou susceptible d’affecter la vie humaine. »

Comme il le soulignait en exposé des motifs, la défense de cette liberté semble de plus en plus nécessaire, alors que se profile l’apparition sur le marché pharmaceutique de produits létaux destinés à la généralisation du suicide assisté et de l’euthanasie. Et le phénomène risque de se perpétuer sous le gouvernement d’Emmanuel Macron, dont le ministre de la santé se révèle particulièrement favorable à la pratique de l’euthanasie, comme elle l’avait annoncé au Grand Orient de France[1] en octobre 2015.

Alors même que les médecins et les sages-femmes disposent d’une clause de conscience, les pharmaciens ne pourraient eux-mêmes pas disposer de cette liberté de confier à un de leur pair la charge de délivrer la substance qu’il jugerait à l’encontre de ses convictions à son patient ? « La liberté de conscience ne peut se limiter à quelques professions et doit comprendre l’ensemble des acteurs confrontés à des actes susceptibles d’affecter la vie humaine », soulignait alors le député.

P5

  • Une journée parlementaire pour les pharmaciens !

A l’Assemblée Nationale, au début du mois d’octobre, Jacques Bompard a appelé des experts autour de lui pour envisager des recours à cette absence de liberté de conscience laissée aux pharmaciens, dénonçant dans la posture bornée du gouvernement socialiste la recherche de l’« accomplissement d’un projet philosophique qui préfère l’idéal au réel ». Il avait ensuite laissé la parole à Claire de la Hougue, avocate et membre du Centre Européen pour le Droit et la Justice, qui avait indiqué à la petite assemblée présente dans le bureau du Palais Bourbon l’iniquité de cette modification du code pour les pharmaciens en France. « Quarante-deux Etats du Conseil de l’Europe sur quarante-sept reconnaissent à des degrés divers la liberté de conscience des personnels de santé », indiquait-elle alors. La défense de l’objection de conscience, rappelait par ailleurs l’avocate, s’inscrit dans la défense des textes fondamentaux, à l’instar du code civil – « La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie » – ou du serment d’Hippocrate originel.

  • Une journée pour la vie : la clause de conscience à l’honneur !

La défense de la liberté pour les pharmaciens est revenue au centre des débats, à l’issue de la deuxième journée pour la vie qu’organisait le député à l’Assemblée Nationale. Philippe Maxence a alors été entendu par une salle comble venue recevoir les témoignages des experts quant à la privation honteuse des libertés exercée par le gouvernement socialiste à l’égard de ce corps professionnel.

Durant son mandat, Jacques Bompard s’est engagé pour les professionnels de santé. Jugeant que ces professionnels de santé «subissent une discrimination qui est aujourd’hui devenue inexplicable », comme le soulignait justement un article de Maître Chevalier dans le journal La Croix, le député s’est élevé pour défendre la liberté de conscience des pharmaciens. Et face à ce printemps rythmé par les ordonnances d’un président qui risque de bénéficier d’une assemblée totalement sous sa férule, seuls des parlementaires indépendants pourront intervenir au service des professionnels !

 

[1] http://www.famillechretienne.fr/politique-societe/politique/la-nouvelle-ministre-de-la-sante-agnes-buzyn-est-favorable-a-l-euthanasie-218619