Marine Le Pen contre le Rassemblement national et ses candidats

En visite à Carpentras, la patronne du RN a cru bon pour lancer la campagne de ses candidats dans le département de critiquer la gestions de Jacques Bompard à Orange et de Marie-Claude Bompard à Bollène… tout en vantant le bilan de la mairie RN du Pontet. Plutôt comique !

On la pensait plus clairvoyante et plus humble après le débat calamiteux de l’entre-deux tours de la présidentielle. Il n’en est rien.

Avec une étonnante facilité, Marine Le Pen s’est mise au macronisme du « en même temps ». Pirouette syntaxique pour assumer l’incohérence idéologique et l’absence de cap.

Cas pratique : d’un côté elle affirme que la sécurité et la gestion de l’argent public doivent être exemplaires pour un maire RN et de l’autre elle critique les gestions Bompard… seules démonstrations durables d’une gestion exemplaire. Si exemplaire que même le FN d’alors la revendiquait encore en 2014 et en 2017 !

Orange, c’est zéro dette, 25% de baisse d’impôts et une insécurité globale inférieure de 25% aux autres villes de la même taille.

Bollène, c’est 44% de la dette résorbée en 10 ans et une baisse de 45% de la délinquance.

Attaquer la gestion Bompard dans la bouche de Marine Le Pen et dans le Vaucluse, c’est le sabordage des candidats RN…

Un piratage volontaire ? A Vaison-la-Romaine, le RN préfère s’allier à un maire Macronpatible et ne pas présenter de liste. Les forces sont concentrées à Orange et à Bollène sans que ces communes soient classées dans les villes gagnables… tu m’étonnes !

La logique ? On la cherche encore, mais en terme de résultats, ce sera cohérent avec les appels infructueux à voter En Marche contre Jacques Bompard lors des législatives de juin 2017.

Le camp du système

C’était la particularité des partis du système de nier la réalité de la gestion d’Orange. Cela a accéléré la destruction de l’UMP et des socialistes sur place. En nous attaquant à son tour, Marine Le Pen s’établit dans le camp du système et démontre malheureusement ce qu’il faut penser à raison des partis politiques.

Et le binôme d’Emmanuel Macron de s’enfoncer dans l’absurde. « Autant la gestion des maires RN a été irréprochable, autant on ne peut pas en dire autant de la gestion de Monsieur Bompard, c’est le moins que l’on puisse dire ! », lance-t-elle sans volonté comique en conférence de presse.

Répétons-nous, c’est vrai, une ville comme Orange avec 0 euro de dette et une baisse de 25% des impôts locaux, il y a de quoi être lassé…

De même à Bollène, presque la moitié de l’endettement résorbé en dix ans, c’est ce que Marine Le Pen désespère de comprendre quand on voit la gestion des fonds de son parti au bord de la banqueroute. « La gestion RN, ça marche », pour reprendre ses propos. C’est sans doute pour cela qu’avant Noël, Marine Le Pen appelle de nouveau à la générosité des militants : en sept ans, la dette du Rassemblement national a explosé de + 785 % pour atteindre 24 millions d’euros !!

Le Pontet, un exemple ?

Ou peut-être Marine Le Pen fait-elle allusion à la brillante gestion du Pontet, seule commune RN mise en avant ? Malgré la manne financière de la plus grande zone commerciale de Provence, Le Pontet est endetté de 30 millions d’euros avec un seuil supérieur à celui d’Orange en 1995 !!

Les impôts locaux, et notamment la taxe foncière, sont prohibitifs pour les rares propriétaires de cette ville RN qui ne cesse de courtiser l’islamisme le plus radical : fête à la boucherie hallal en présence du maire Joris Hébrard (vous savez, celui-là même qui se tient à la gauche de Marine Le Pen sur les photos), création du plus grand abattoir hallal de Vaucluse avec la bénédiction de la mairie RN, prêcheurs salafistes en tournée régulière à la mosquée Al-Sunnah, inauguration d’une deuxième mosquée avec minaret…

C’est sûr, au Pontet, « nous pouvons qu’être confiants avec les bilans des maires sortants… » Dette, impôts, islamisme : tout est maîtrisé comme les comptes de campagne du RN. En cela, Le Pontet est bien une ville modèle du Rassemblement national.