Glyphosate : l’expertise de l’UE était un vaste plagiat

Faut-il croire en la bonne parole de Bayer-Monsanto ? Le rapport d’experts remis aux autorités européennes fin 2017 qui concluait sur la non-dangerosité du glyphosate et qui a permis sa ré-autorisation en Europe est le fruit d’un copieux plagiat … du dossier d’homologation de ce produit remis par Monsanto et ses pairs.

Les experts allemands mandatés pour cette étude ont été épinglés par Stefan Weber, le célèbre chasseur de plagiats, travaillant de pair avec le biochimiste Helmut Burtscher, une ONG et des députés européens écologistes. Selon eux, le rapport est le fruit de plagiats à plus de 50% et de copiés-collés à plus de 70%.

Pour Weber et Burtscher, ce que sous-entend le plagiat est « une volonté délibérée (de) cacher l’origine » des éléments constituants le rapport et ceci alors que les analyses statistiques produites par Monsanto et la Glyphosate Task Force ne sont pas conformes aux pratiques standards d’évaluation recommandées par l’OCDE.

Alors que de nombreuses études et organismes indépendants, à commencer par le Centre International de recherche sur le Cancer, classent le glyphosate comme probablement cancérigène, les institutions européennes font le choix de balayer ces recherches d’un revers de la main pour leur « manque de fiabilité ». L’évangile selon Monsanto en quelque sorte. Amen.