Le bateau coule, la Bourse s’envole

46,5 milliards de dividendes pour les actionnaires du CAC 40. Un plafond qui n’a plus été atteint depuis la crise des subprimes de 2008. La part du lion revient étrangement à l’État français dont les entreprises à participation publique (Orange, Renault, Engie) ont versé de 5 à 6,5% de dividendes contre 4% en moyenne au sein du CAC 40 et … 0,75% par les caisses d’épargne des Français.

Pourtant, en un an, la valeur moyenne des titres boursiers a baissé de 40%. Une opération illusion pour garder nos « bienfaiteurs » étrangers, qui possèdent plus de 50% des titres français contre 20% pour celle de New-York et un tiers pour celle de Londres.

A l’instar de la justice, la crise n’est pas la même pour tous … Et « le parti de l’étranger  » a encore de beaux jours devant lui !

Source : Le Canard enchaîné