Il invoque Allah, exhibe des armes et menace les gens à Pertuis : il est remis en liberté

La chronique judiciaire de La Provence du 28 janvier 2018 rapporte des faits survenus le 19 décembre dernier à Pertuis. Un homme de 36 ans, énervé de se faire doubler dans la file d’attente d’un cabinet d’assurances, en a appelé à Allah pour effrayer ses victimes, agrémentant son discours de haine de diatribes contre « les mécréants de Français ». Non content d’insulter et de vociférer contre les clients et le personnel de l’agence où il se trouvait, l’homme s’est emparé d’un couteau, d’un taser et d’une bombe lacrymogène qu’il conservait dans son sac. Se ravisant quant à l’usage de ses armes, l’agresseur a continué son esclandre par la menace : « on va vous détruire, bientôt ce sera votre tour, Allah sera grand ».
Interpellé et perquisitionné, les gendarmes ont logiquement découvert chez le prévenu des fichiers sur Daesh et l’islamisme radical en sus de 11 500 euros en liquide et un véritable arsenal. L’homme possédait en effet des matraques, des arbalètes, des armes à feu de poing et d’épaule… Dans un délire paranoïaque et incohérent, l’homme a prétendu ne pas être violent et être malade à cause du chômage. Le tribunal l’a donc condamné à 2 ans de prison avec 18 mois de sursis sans retenir les faits d’apologie du terrorisme. De plus, le coupable est ressorti libre du tribunal avec une simple peine de 2 mois ferme qu’il n’effectuera jamais derrière les barreaux.
On ne tue que ce qui est mort, dit-on. Les terroristes islamistes luttent contre un Etat qui a déjà avoué son trépas et livré le peuple dont il doit assurer la défense.
Il semble bien que la justice, si prompte à aller sauver les djihadistes de la peine de mort légitime jusqu’au Proche-Orient, livre tous les jours les Français à la menace des potentiels terroristes qui se jettent dans ses rets. A l’aune de tels exemples, que voir au travers d’une telle affaire si ce n’est un encouragement tacite à l’impunité de tous les apprentis terroristes qui vomissent leur haine des Français en attendant, un jour, de les égorger ?

Jacques Bompard