Le Front National et les mosquées

Après les scandales d’Hénin-Beaumont, de Fréjus, et des déclarations de Marine Le Pen et de sa nièce sur la solubilité de l’islam dans la France, on pensait que le Front National se garderait de toute nouvelle provocation. C’est d’ailleurs ce qu’évoquaient leurs militants. Combien de fois n’avons-nous pas entendu : « Juré, je ne suis pas d’accord avec cette ligne-là ». Dont acte. Les Vauclusiens avaient la réputation d’être parmi les « durs » du Fn.

La récente tribune d’Hervé de Lépinau nous laisse pourtant songeur. Dans un premier paragraphe de présentation des faits, le lieutenant de Marine Le Pen n’ose pas même évoquer une fois la culpabilité islamiste de ces faits. Mieux, il avance : « C’est pourquoi nous lançons un appel aux citoyennes et citoyens de confession musulmane soucieux du bien commun afin qu’ils contribuent à la lutte contre la radicalisation de l’islam dans notre commune ». On dirait du Nathalie Kosciusko-Morizet. Peut-être un appel du pied à son ancien camp ?

587424mosquehninbeaumont

Projet de la Mosquée d’Hénin-Beaumont

De deux choses l’une : soit le Front National précise et amende ce communiqué inquiétant, soit le Front National ne prétend plus faire partie des résistants à l’islamisation de notre pays et à ses conséquences sanglantes. En effet, qui n’a pas un haut-le-cœur en lisant : « un pseudo « Etat islamique », véritable internationale du crime et promoteur d’un fascisme vert se revendiquant d’un islam radical. » Nous sommes heureux d’apprendre aux militants du Front, que l’Etat islamique n’est pas fasciste, mais applique bien une version littérale du Coran. En se grimant derrière les méthodes de la bien-pensance, ce parti verserait dans le camp des traîtres à la France, à son identité et à sa survie.

Allez, monsieur de Lépinau. Votre présidente a beau vous dicter une conduite électorale qui écœure jusqu’à vos troupes. Mais au moins ne cédez pas sur les fondamentaux. Même monsieur Aubert va plus loin que vous.

Les Français ne veulent pas être les nouveaux romains réduits à néant par les invasions barbares.