Deux campagnes paradoxales

C’est la guerre de la communication entre les ministres. Une guerre qui se fait sur deniers publics afin de promouvoir deux des personnalités les moins brillantes d’un bien morne gouvernement. Une guerre menée par deux pantins : Patrick Kanner, qui a porté l’odieuse loi Egalité et Citoyenneté et Laurence Rossignol, caricature du gauchisme culturel.

Cette dernière était ce matin chez Léa Salamé. Elle a reproché à l’égérie du PAF de poser des questions sexistes car elle remettait en cause la légitimité de Julie Gayet à s’exprimer politiquement. Sa grande étude révèle que 50 % des jeunes femmes de moins de vingt ans se sont senti violentées ou humiliées du fait de leur condition de femme. S’il faudrait distinguer quelques cas dans l’étude, le constat est là : notre société s’est ensauvagée. Elle est devenue dangereuse pour les femmes. Ainsi, le RER, le parc d’Evry, certains espaces de fêtes sont devenus des lieux craints. Mais la ministre n’a jamais voulu parler de l’islamisation, de la diffusion de polices de la charia, etc.

Afficher l'image d'origine

Jacques Bompard a eu de nombreux échanges virulents avec cette ministre. Et de manière accrue depuis le dépôt de sa proposition de loi contre toutes les violences faites aux femmes. Le député de la IVème circonscription de Vaucluse écrivait ainsi en exposé des motifs : « La France représente toujours un modèle social observé dans le monde. Les actions que nous engagerons en faveur du respect de la figure féminine auront un écho important, dans un monde en proie à la marchandisation de l’être humain. Les violences qui sont faites ne se limitent pas au plan physique, mais regroupent également, le galvaudage éthique de leur image et l’incitation quasi systématique à recourir au divorce et l’avortement, sans se soucier de l’impact psychologique de telles pratiques. Nous ne pouvons plus longtemps refuser cette réalité ; l’efficacité de notre réponse en dépendra. Ce sera un signal fort envoyé aux Français, qui changera des mesurettes habituellement mises en œuvre. Il faut faire passer la femme du statut de victime qu’il faut protéger, à celui de tuteur sur lequel nous devons nous appuyer. »

Quatre titres de la loi se suivent : déchéance de nationalité, prévention des violences psychologiques, renforcement des dispositions légales, droit opposable à l’accueil en crèche. Vous pouvez la retrouver ici : http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3434.asp

Dans le même temps, Kanner voulait lutter contre les remarques blessantes faites sur les jeux paralympiques. Une belle initiative, qui ne devrait cependant pas venir de l’Etat. Mais une initiative de mauvaise foi. Patrick Kanner est membre du gouvernement qui a accepté le fichage des embryons, refusé aux trisomiques une représentation télévisée, et qui passe son temps à lutter contre la faiblesse et la fragilité, au lieu de faire de leur accueil le baromètre des qualités d’une société.

C’est un gouvernement en débandade qui s’exprime. C’est un gouvernement qui manipule. C’est un gouvernement du désespoir.