Clause de conscience pour les pharmaciens, tout notre soutien !

La société civile supporte de moins en moins l’intrusion de l’Etat dans la définition du bien et du mal. Rappelons ce glissement, d’un Léviathan capable d’assumer le monopole de la violence légitime l’Etat en est arrivé à une structure démissionnaire sur le régalien compensant cette perte par l’invasion du champ éthique. De Belkacem à Taubira en passant par Marisole Touraine, les ministres issus des partis de l’ultra gauche utilisent leur influence pour asseoir les structures du désordre.
Mais les hommes et leurs corporations peuvent encore exercer des résistances qu’il nous faut soutenir. Ainsi les pharmaciens proposent-ils un article de clause de conscience dans leurs règlements internes au sujet de l’IVG et des pilules du lendemain.
La Manuel Bioethique de la Fondation Lejeune explique avec beaucoup d’acuité la gravité du sujet : « L’Inpes remarque qu’«une grossesse non prévue est de moins en moins bien acceptée» et que «60% des grossesses non désirées se terminent par un avortement, contre 40% il y a quelques années.» L’Ined également constate que “la propension à recourir à l’avortement en cas de grossesse non prévue s’est accentuée à mesure que la maîtrise de la fécondité s’est améliorée“.

P5
Mais la déchéance du respect de la vie ne s’arrête pas là. Ainsi, la présidente de l’ordre des pharmaciens  précise dans Libération : « Les pharmaciens voient passer les ordonnances rédigées par les médecins et lorsqu’ils dispensent les produits, ils ne sont pas dupes, il savent très bien l’effet qu’ils vont avoir sur les patients. »
Au lieu de s’inquiéter de l’Etat du traitement de la vie dans notre pays, Laurence Rossignol décide d’abonder dans l’abject et promet une réaction du ministère en cas de vote de la clause.
La Ligue du Sud lutte contre le drame éthique et démographique que constituent 225 000 avortements par an en France ainsi que la normalisation de l’euthanasie. L’IVG médicamenteuse n’a pas à être imposée à des praticiens révulsés par  la politique de mort. Jacques Bompard déposera un texte à l’assemblée nationale. pour soutenir cette clause de conscience.