Laïcité et collectivité locale

crècheLes services du premier ministre sont perdus. Perdus dans une opinion qui ne supporte plus les contorsionnistes partisans, perdus dans les faits puisque deux attentats de grande ampleur viennent de frapper notre pays. Mais leur égarement vient surtout de la faillite de leurs principes intellectuels et politiques.

On le voit encore dans la réaction aux attentats. Ainsi l’Association des maires de France a transcrit un vade-mecum maçonnique attentatoire aux traditions et aux libertés dans notre pays. Manuel Valls a voulu être de la partie et vient de transmettre aux élus une note édifiante sur la laïcité et les collectivités locales.

On y lit une charte sans originalité, et donc problématique. Par exemple : « Aucun principe religieux ne peut conduire à ne pas respecter la loi. », serait une assertion légitime si la loi n’avait pas entrepris de définir une nouvelle humanité et de s’introduire indument dans l’intimité des familles. Par ailleurs quand on lit « les élus de la République ont la charge de faire respecter la laïcité », l’écœurement apparait aussi : le gouvernement français faisant officiellement siéger des membres du Conseil d’Etat dans le fond de financement national favorisant la construction de mosquées.

Dans son rapport, l’Observatoire de la Laïcité admet même que des aménagements sont prévus pour faciliter le suivi du Ramadan par des agents de la fonction public. Même volonté pour les « collaborateurs occasionnels du service public », notamment les parents accompagnateurs, dont l’Etat se refuse à considérer l’objectif quand ils accompagnent les enfants. C’est bien entendu la question du voile qui est alors évoquée. Dans le même sens, le rapport rappelle l’incitation faite aux mairies de garantir les prêts utilisés pour construire des mosquées. Autre sommet de mauvaise foi : « des demandes de cours de sport réservés aux femmes sans qu’il n’y ait de références religieuses ou de discrimination dans le choix des femmes est possible ». Quelle hypocrisie…

La note évoque toute une série de problématiques posées par le Grand Remplacement : restauration scolaire gestion des cimetières, demandes de non-mixité. Mais elle oublie que la vraie vision de la laïcité est une invention chrétienne, aux antipodes de l’argumentaire idéologique de la Troisième République et désormais remis à l’ordre du jour par Valls et des frères.

Yann Bompard